Vive le prédicat

Comme d'habitude, les conservateurs de tous poils s'époumonnent et se répandent : on tuerait la langue française, on nivellerait par le bas, on attaquerait le patrimoine. En fait, ces tristes sires veulent garder pour eux l'usage d'une langue devenue, à l'écrit, inutilisable pour la majorité de la population.
La réforme(tte), qui introduit le prédicat en cycle 3 (CM1, CM2, 6e) à partir de la rentrée prochaine, est pourtant une bonne chose. Elle consiste à simplifier l'analyse de la phrase en deux parties principales : le sujet et ce que fait le sujet (le prédicat). Les différents types de complément seront vus plus tard. Signalons au passage que le prédicat existe depuis… la Grèce antique.
Cette réhabilitation est une excellente chose. Car on ne peut que constater le ravage que causent la peur et la honte de ne pas savoir écrire et de se tromper. Il est urgent de simplifier une grammaire qui est tout sauf logique, pour rendre la langue au peuple. Le prédicat est peu de choses, mais il est, après la (tentative de) remise au goût du jour de la réforme de l'orthographe fin 2014, un signe supplémentaire dans la bonne direction.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Delphine (samedi, 22 juillet 2017 08:30)

    Tout à fait d'accord. Simplifions, simplifions pour surtout ne pas tuer le goût d'écrire !!!!!!!!!!!!!! Les élèves sont remplis d'imagination, encourageons-la !