Modifier l'enseignement de la grammaire

Dossier intéressant dans Télérama cette semaine, dont le titre à lui seul est courageux : « Faut-il supprimer l'enseignement de la grammaire à l'école ? ». Enfin, la question est ouvertement posée de savoir s'il n'y a pas quelque absurdité à continuer à gaver les enfants de règles illogiques et sans intérêt, dont la plupart seront oubliées dès la sortie de l'école, si jamais elles ont été retenues.
L'article souligne l'accroissement des inégalités scolaires, de plus en plus d'enfants décrochant de programmes inadaptés, malgré des enseignants qui, pour la plupart, font ce qu'ils peuvent pour, eux, adapter et s'adapter.
Certes, « simplifier, c'est compliqué ». Mais il y a urgence. Les chiffres de l'illettrisme, de l'exclusion, de la délinquance, de l'absence de qualification, de l'impossibilité de trouver un emploi ou de mener une vie sociale sont édifiants.
Le passage le plus intéressant du dossier est l'interview du grammairien belge Marc Wilmet, qui ose affirmer que la grammaire telle qu'elle est enseignée en France est « très mauvaise, pleine d'incohérences ». Il rappelle qu'avant lui, André Chervel parlait déjà, dans son Histoire de la grammaire scolaire, d'un « scandale grammatical ».
« Non seulement elle n'est pas nécessaire, mais elle est nuisible depuis ses origines. Les profs le savent, ils sont mal à l'aise, ils voient bien qu'ils doivent apprendre des choses bizarres aux élèves ».
Ce que propose le grammairien : pas de grammaire. Du moins avant 13 ans. Rappelant au passage qu'on n'accordait pas le participe passé jusqu'au XVIe siècle, il prône une familiarisation progressive avec cette langue, étrangère pour beaucoup, qu'est la langue écrite, ce qui ne signifie pas une absence de rigueur ; simplement une approche plus pédagogique et démocratique que celle en vigueur aujourd'hui.
Puisse Marc Wilmet être entendu. Bravo à lui et à Télérama de lui donner la parole. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0